MENU

[7mars] Assises militantes : la CGT dans les sièges sociaux

Imprimer
[7mars] Assises militantes : la CGT dans les sièges sociaux

Le lundi 7 mars 2016, l'Ugict, l'Urif, et les syndicats concernés organisent ces Assises Militantes au siège social d'Engie (La Défense) autour du déploiement et de la syndicalisation dans les sièges sociaux. Deux tables rondes aborderont les problématiques spécifiques au salariat des sièges et les démarches et objectifs de déploiement, notamment en lien avec de prochaines échéances électorales dans les sièges des entreprises et administrations d'Ile-de-France.

L'inscription militante se fait via le mini-site web dédié sur lequel vous retrouverez également le programme complet et le matériel de communication autour de cet évènement. 


Pourquoi cette journée ?

 

La région Île-de-France concentre un nombre important de sièges sociaux, de ministères et des grandes directions. Le département des Hauts de Seine a sur son territoire 18 sièges du CAC.40 (Gdf-Suez, Thales, Alcatel-Lucent, Total, etc.) et une vingtaine de filiales de groupes internationaux (Microsoft, Unilever, etc.) Ce sont plus de 100 000 salariés qui travaillent directement dans ces sites. Dans Paris (intra-muros) il y à 38 sièges sur 40 du CAC.40, et un nombre indéfini de filiales de grands groupes internationaux.

Ces sièges sociaux sont des spécificités de l’île de France et donc des priorités syndicales pour l’URIF – (Union Régionale d’Ile-de-France) et l’UGICT (Union Générale des Ingénieurs Cadres et Techs).

Le salariat des sièges sociaux

D’un point de vue sociologique, le salariat des sièges sociaux est constitué de 65 % de cadres, 15 % de cadres dirigeants et 20 % d’employés ou de techniciens.

Les sièges sociaux ne sont pas seulement des lieux de travail, mais des lieux de prise de décisions où se décident les stratégies industrielles et financières.

Ce sont aussi des « points d’entrée » pour de nombreux jeunes diplômés, de stagiaires et d’alternants qui finalisent un cursus scolaire dans ces établissements. Beaucoup de jeunes cadres débutent en effet leur carrière aux sièges avant d’être envoyés dans les différentes unités opérationnelles en France ou à l’étranger.

Porter la contradiction et des alternatives aux politiques d’entreprises

Les sièges sociaux sont des lieux où se prennent les décisions stratégiques influant sur tout un périmètre professionnel et territorial. Ce sont aussi les lieux dans lesquels l’expression de l’éthique professionnelle des cadres et leur rôle contributif sont suspendus au « devoir de loyauté ». Enfin, ces lieux décisionnels structurent les rapports de force entre grandes entreprises et sous-traitants.

La CGT a parfois délaissé des sièges sociaux au profit de sites de production, ne prenant pas toujours en compte l’audience possible dans ce salariat, et n’investissant pas toujours assez de moyens militants sur ces lieux de travail.

Les sièges sociaux sont aussi des lieux où des élections se gagnent et se perdent.

Une présence CGT et une activité régulière peuvent avoir des incidences sur les résultats. En Île-de-France, il existe en effet plusieurs expériences positives dans ce sens, résultats à l’appui. La CGT maintient ou augmente sa représentativité syndicale, et réalise souvent des scores entre 25 % et 35 % là où une activité est menée vis-à-vis de l’encadrement et où les campagnes et matériels Ugict sont employés, ainsi que là où des militants syndicaux sont en adéquation avec le salariat des sièges sociaux.

En revanche, là où l’activité syndicale est parfois trop généraliste ou en posture de repli, des déserts syndicaux peuvent se créer et la CGT peut reculer dans les urnes, voire perdre sa représentativité.

Une priorité pour l’URIF et l’UGICT en Île-de-France.

C’est dans ce contexte que la CGT Ile-de-France et la CGT Ingés Cadres Techs organisent ces Assises militantes « La CGT dans les sièges sociaux ». La journée se tient le lundi 7 mars au siège social d’Engie à La Défense (Ex-Gdf-Suez), avec le concours des Unions Départementales CGT de Paris et des Hauts-de-Seine.

La démarche consiste à réunir des militantes et militants CGT des sièges sociaux pour échanger sur les expériences respectives et les pratiques syndicales, mieux appréhender les spécificités des sièges sociaux, offrir des lieux d’échange et de syndicalisation aux ICT.

L’objectif est d’inscrire cette problématique au rang de priorité dans les plans départementaux de syndicalisation en Île-de-France afin de rendre la CGT plus opérante, plus efficiente et reconnue comme une organisation syndicale incontournable dans les sièges sociaux.

Publié le lundi, 01 février 2016 dans Actualités