Menu

Adaptation de la société au vieillissement : Louables intentions mais moyens insuffisants

Le Conseil Économique, Social et Environnemental a estimé que le financement du projet de loi sur l’autonomie des personnes âgées qui doit être présenté le 9 avril en conseil des ministres et discuté au Parlement à partir de juin n’est "pas à la hauteur des ambitions" et le report du volet concernant les maisons de retraite "ne répond pas à l’urgence de la situation".

lundi, 31 mars 2014 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Le CESE qui avait été saisi en février sur ce projet a rendu hier un avis en séance plénière coprésenté par Daniel Prada (groupe de la CGT) pour la section des affaires sociales et de la santé, et par Monique Boutrand (groupe de la CFDT). Cet avis a été adopté par 152 voix sur 156.

Le CESE juge "ambitieux" le projet de loi qui sera défendu par Michèle Delaunay, la ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, en charge des personnes âgées et de l’autonomie. Le CESE apprécie que ce projet de loi soit "fondé sur le respect des droits fondamentaux des personnes âgées, sur leur maintien à domicile, sur une volonté de rompre leur isolement, de les insérer pleinement dans la société est ambitieux."


Louables soient les intentions, c’est hélas sur la question des moyens que le bât blesse. En effet, estime le CESE, "son financement par la seule Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA), soit 645 millions d’euros, n’est sans doute pas à la hauteur de ces objectifs. D’autant que la question du financement des EHPAD (établissement hospitalier pour personne âgée dépendante), encore plus prégnante, est reportée à un deuxième temps.


La CGT a voté cet avis appréciant "le champ couvert par le projet de loi qui porte une vision dynamique, digne et protectrice de la vieillesse. Vieillir est enfin considéré comme une chance, un progrès humain considérable pour les personnes comme pour la société, un véritable défi à relever (lire la lettre du groupe CGT).