Menu

Une étude APEC confirme la nécessité du droit à la déconnexion

déconnexion

Selon un étude de l'APEC, les cadres trouvent que les outils numériques entraînent une augmentation du temps de travail hors entreprise. Les technologies de l’information ne sont plus nouvelles depuis très longtemps déjà et les outils connectés appartiennent au quotidien des cadres. Le constat n’est plus à démontrer. 

lundi, 08 décembre 2014 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Entre le 6 et le 24 novembre 2014, l’association pour l’emploi des cadres (Apec) a interrogé, en ligne, 450 cadres en poste du privé sur leur perception des outils connectés. Les résultats ont été dévoilés au cours des 5e Entretiens Experts de l’Apec le 3 Décembre 2014.

Pour les cadres interrogés, ils tendent à augmenter la charge de travail (72 %), dégrader la qualité de vie (60 %) et n’apparaissent pas comme des facteurs de motivation et de reconnaissance (95 %).

Ils sont 89 % à estimer que les TIC contribuent à les faire travailler hors de l’entreprise et seulement 23 % à se déconnecter.

Et 76 % pronostiquent une augmentation du travail hors les murs dans les 5 ans à venir.

Alors anti-technologiques les cadres ? Certainement pas. Leurs réponses prouvent une bonne maîtrise des outils numériques.

Mais contrairement aux idées reçues Ils sont 53 % à estimer que la connexion en dehors du temps de travail habituel, ne facilite pas le travail collectif, ni les relations (58%) et même 18 % estiment que ce fonctionnement détériore les relations dans l’équipe.

Reste que l'étude fait l'impasse sur une préoccupation majeure : comment les cadres vivent-ils le numérique dans le rapport au salaire (notamment horaire), au déroulement de carrière, et dans l'accès aux responsabilités au sein des organisations.

Pour le droit à la déconnexion : voir le site dédié et la campagne de l'Ugict