Menu

Austérité : Initiative européenne des syndicats

A la demande de la Confédération européenne des syndicats, le président François Hollande a reçu les responsables des grands syndicats français ainsi que la secrétaire générale de la CES Bernadette Segol, mercredi 19 juin. Ils lui ont, instamment et à l'unisson, demandé de plaider au sommet européen des 27 et 28 juin pour un "vrai changement de cap" et "un plan de relance" en Europe.

lundi, 24 juin 2013 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Bernadette Ségol (Confédération européenne des syndicats, CES), Thierry Lepaon (CGT), Laurent Berger (CFDT), Jean-Claude Mailly (FO), Philippe Louis (CFTC) et Luc Bérille (Unsa) ont été reçus pendant une heure à l'Elysée par le chef de l'Etat, entouré du Premier ministre Jean-Marc Ayrault et des ministres du Travail, Michel Sapin, et des Affaires européennes, Thierry Repentin. Cette rencontre prenait place dans le cadre d'une mobilisation européenne "contre l'austérité".

Bernadette Ségol a expliqué avoir voulu "alerter" le chef de l'Etat à propos de "l'inquiétude des travailleurs sur l'évolution de l'Union européenne", afin que ce sommet "ne soit pas un sommet pour rien".

Le secrétaire général de la CGT Thierry Lepaon a lu une déclaration commune de la CGT, de la CFDT et de l'Unsa. "Il est urgent de mettre fin aux coupes injustes des dépenses publiques en Europe" et "aux politiques qui mettent en concurrence les salariés" sur de nombreux plans tels que "droit du travail, salaires, temps de travail, sécurité sociale, impôts", a-t-il affirmé.

La veille de cette rencontre, les leaders syndicaux avaient cosigné une tribune pour soutenir un "contrat social pour l'Europe" prévoyant "un revenu minimum dans chaque Etat membre" et "un plan de relance", à hauteur de 1% à 2% du PIB.