Menu

Cochez la case djihadiste.... et fermez-la

Mylène, travailleuse sociale au service pénitentiaire d’insertion et de probation de Tarbes, fonctionnaire du ministère de la Justice et élue CGT, est convoquée en commission de discipline le 13 décembre 2016 à la suite de la publication en avril 2016 dans l'Humanité d'un article intitulé "Cochez la case djihadiste".

lundi, 21 novembre 2016 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Usant de sa liberté d'expression, elle y dénonçait le détournement des missions de travailleurs sociaux à des fins de renseignement dans le cadre de la lutte contre la radicalisation.

Mais l'administration pénitentiaire ne l'entend pas ainsi et s'acharne à réduire au silence cette élue CGT qui dénonce les injonctions paradoxales et pressions culpabilisatrices motivées par l'état d'urgence.

Pour la CGT ce cas est « loin d’être anodin et constitue une atteinte intolérable à la liberté d’expression syndicale qui a pour objectif de museler les personnels et les organisations qui les représentent. Par cette affaire, le Ministre de la Justice ne doit pas entériner une remise en cause de la liberté d’expression et d’action syndicales, principes fondamentaux garantis par la Constitution. »

La CGT a rencontré le conseiller du Garde des Sceaux le 16 novembre et a exigé l’annulation du conseil de discipline et l’abandon des poursuites disciplinaires envers Mylène.