Menu

Cazeneuve refuse le classement amiante pour le Tripode de Nantes

Le Premier ministre a refusé « en l'état » de classer comme site amianté l'ancienne tour Tripode de Nantes, un bâtiment administratif bourré d'amiante rasé en 2005, dans lequel ont travaillé 1 800 fonctionnaires.

lundi, 27 mars 2017 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Dans un communiqué l'intersyndicale CGT-CFDT-FO-Solidaires-Unsa des « amiantés du Tripode », évoque « une immense déception ». Cet immeuble de dix-huit étages inauguré en 1972 sur l'île Beaulieu à Nantes, le Tripode a hébergé les activités d'agents de l'Insee, du Trésor public, du ministère des Affaires étrangères et d'un restaurant inter-administratif.

Évacué de ses occupants en 1993, délesté de 350 tonnes d'amiante, il avait été rasé le 27 février 2005. Le classement en site amianté permettrait aux 20 % d'agents encore actifs -soit moins de 400 personnes- de bénéficier d'un départ en pré-retraite amiante.

Mais Bernard Cazeneuve estime dans sa réponse aux syndicats « qu'un tel classement n'est pas possible en l'état actuel de la législation » arguant que la législation « n'ouvre en effet un droit à un départ anticipé qu'aux agents publics des ministères de la Défense et de la Mer qui ont été appelés à manipuler directement de l'amiante dans le cadre de leurs fonctions ainsi qu'aux agents publics qui sont atteints d'une maladie professionnelle liée à l'amiante », explique le Premier ministre dans sa lettre.