Menu

CGT et Fo interdits de conférence de presse au Conseil départemental Seine-Maritime

L'assemblée départementale n'apprécie pas que les syndicats de fonctionnaires territoriaux exercent leur droit d'informer la presse.

lundi, 03 octobre 2016 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Les deux syndicats CGT et FO des personnels du département avaient convié les journalistes le 28 septembre pour aborder les projets du département de Seine-Maritime concernant l’avenir des services publics départementaux de proximité. Les journalistes ont été refoulés et la conférence de presse s'est donc déroulée sur le trottoir. Pour les deux syndicats, « cette interdiction a été directement orchestrée par le directeur général des services et le cabinet du Président ».

Les syndicats ont expliqué aux journalistes pourquoi cette énième réorganisation s’apparente clairement à un « plan social » et aurait pour conséquence, à terme :


  • Des fermetures de centres médicosociaux dans le cadre de regroupements.

  • Des suppressions de postes.

  • La polyvalence géographique et fonctionnelle imposée sur de nombreuses missions.

  • La disparition d’autres missions (secrétaires APA-PCH, éducateurs de jeunes enfants de prévention, psychologues de prévention…

  • L’obligation pour près de 400 agents de se soumettre à la mobilité et de repostuler sur leur propre fonction…


Face à ce plan, CGT et FO ont demandé le 17 août 2016 un rendez-vous au président du département, pour exiger une clarification et des garanties pour le personnel (effectifs, métiers, missions, critères de mobilité, affectations…) et pour le service public (nombre de sites, réponses de proximité…). Une demande sans réponse pour l'instant, si ce n'est cette interdiction faite aux syndicats de parler à la presse.