Menu

Crédit Impôt Recherche - Avis de la Cgt

Avis de la Cgt au Conseil Supérieur de la Recherche et de la Technologie

lundi, 08 octobre 2012 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Depuis sa création en 1983, le CIR n'a jamais fait l'objet d'une quelconque évaluation de ses effets économiques et industriels dans notre pays. Cette absence ne permet pas à chaque citoyen de mesurer le poids de la contribution des pouvoirs publics dans l'évolution de l'effort de recherche des entreprises privées. L'accroissement de cet effort est un élément déterminant pour atteindre l'objectif d'un effort de recherche national de 3 % du PIB.

L'importance des enjeux nationaux relatifs à l'effort de recherche de notre pays, notamment dans le secteur industriel et les dispositions urgentes qui conditionnent la réussite de ces enjeux doivent amener la CGT à développer sa réflexion sur la nature de l'actuel CIR et le rôle qu'il devrait avoir dans le cas où son principe serait pérennisé. Son adéquation avec les objectifs globaux acceptés par l'ensemble de la communauté nationale est essentielle en matière d'emplois de réindustrialisation et d'effort accru de recherche industrielle.
L'évaluation du CIR est aujourd'hui l'objet d'un débat national concernant l'importance et la nature de cette forme d'intervention de l'Etat. Le budget de l'Etat en 2012 y consacre des crédits scandaleusement exorbitants (5.27 M€) au regard des résultats constatés. La reconduction de telles sommes dans les prochains budgets nationaux, les résultats obtenus, sont-ils compatibles avec des orientations économiques qui devraient permettre à la France de sortir de la crise grave et durable qu'elle subit ? Telle est la question à laquelle nous devons répondre de toute urgence. La CGT considère que nous possédons suffisamment de données pour avoir une réponse pertinente à cette question.

Voir sur le blog CGT des Assises de l'enseignement Supérieur et de la Recherche