Menu

Avec la crise, le travail devient une corvée

Selon un sondage Ifop pour Sud-Ouest Dimanche, le rapport des Français au travail s'est dégradé ces dernières années, et une majorité d'entre eux (56%) le vivent comme une «contrainte nécessaire pour subvenir à ses besoins» plutôt qu'un «moyen de s'épanouir» (44%).

lundi, 26 mai 2014 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Fort logiquement, cette perception négative est plus forte chez les personnes en âge de travailler (entre 25 et 64 ans). C’est chez les actifs ouvriers et employés que le travail est très majoritairement vécu comme une contrainte (66 et 65% respectivement), tandis qu'il reste davantage perçu comme un moyen d'épanouissement par les artisans et commerçants (53%), et les professions libérales et cadres supérieurs (50%).

Chez les ouvriers et employés, si une nette majorité se disent «motivés dans le cadre de (leur) travail (64%), ils sont aussi une majorité (54%) à se dire «stressés» dans ce cadre (soit quatre points de plus qu'en réponse à la même question en février 2013). Et une majorité aussi (53%) à estimer que leur travail «n'est pas reconnu à sa juste valeur» dans leur entreprise. Ils étaient 49% dans ce cas début 2013.


En revanche, la perception du travail comme une contrainte prédomine et ne varie guère chez les salariés selon qu'ils appartiennent au secteur privé (62%) ou public (60%).