Menu

L’Ugict-CGT en ordre de bataille pour gagner

L’Ugict-CGT en ordre de bataille pour gagner

Adresse de la Commission exécutive de l’Ugict-CGT

mardi, 26 novembre 2019 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Nous sommes dans un moment d’accélération de l’histoire sociale. 

La colère et la mobilisation grandissent dans de nombreux secteurs, et notamment dans la santé et l’action sociale, l’énergie (privatisation d’Engie et projet Hercule de démantèlement du groupe EDF), les transports (réforme ferroviaire), chez les étudiants…

Les braises de la mobilisation des gilets jaunes sont encore chaudes, la mise en place au forceps du Wall Street management dans la fonction publique percute le sens et le contenu des missions, les retraité.es se mobilisent pour leur pouvoir d’achat… Nos catégories, constituant pourtant l’électorat socle de Macron, sont désormais très critiques sur les réformes annoncées et notamment celle des retraites : dans le sondage Ugict-CGT-Viavoice, 73 % des cadres pensent que la réforme des retraites ne maintiendra pas leurs droits. Depuis le 1er janvier 2019, l’Agirc, principal marqueur du statut cadre n’existe plus, alors que la négociation sur le statut de l’encadrement est toujours bloquée par le patronat.

Avec son projet de réforme des retraites, le gouvernement remet en cause les droits de l’ensemble des salarié.es du public comme du privé, de l’exécution comme des ingés, cadres et techs. Si elle passe, ce sera la dernière réforme car elle repose sur la mise en place d’une règle d’or et d’un pilotage automatique qui permettra de tirer les droits vers le bas, sans réforme. Les ressources seraient bloquées à 14 % maximum du PIB, et ce sont les droits qui s’ajusteraient automatiquement à la baisse pour faire face aux évolutions démographiques ou aux chocs économiques.

Le pouvoir sait que la période est à hauts risques, c’est la raison pour laquelle il souffle le chaud et le froid en agitant sa « clause du grand-père » qui vise à reporter sur les futures générations la mise en place de sa réforme néfaste.

La journée du 5 décembre peut nous permettre de lancer une mobilisation gagnante

Elle est unitaire, en convergence avec des mobilisations professionnelles, et certains secteurs annoncent d’ores et déjà leur intention de reconduire la mobilisation. Le niveau de mobilisation du 5 décembre déterminera la suite du mouvement et notre capacité à gagner.

Pour gagner un 5 décembre le plus fort possible, nous avons besoin d’amplifier considérablement notre déploiement en direction des ingés, cadres et techs, qui sont inquiets de la réforme des retraites mais ne maîtrisent pas, loin s’en faut, son contenu.

Il nous faut être très vigilant.es au risque de mobilisation par procuration et au décrochage avec les Ictam et le privé. Si seul.es les salarié.es des régimes spéciaux se mobilisent, cela alimentera les mises en oppositions orchestrées par le gouvernement, et il s’en tirera en négociant à la marge des mesures transitoires pour ces régimes, alors que nous avons la possibilité de gagner l’abandon de la réforme et la mise à l’ordre du jour de nos revendications. Le mois de décembre sera crucial, mais il nous faut avoir une stratégie de moyen terme, qui nous permette de tenir et d’amplifier la lutte dans la durée.

1968, 1995, 2006,… les grandes victoires interprofessionnelles ont toujours été gagnées grâce à une mobilisation convergente des jeunes et des salarié.es. Alors que le gouvernement cherche en annonçant la « clause du grand-père » à amoindrir la mobilisation contre sa réforme, il use une nouvelle fois de la technique de la mise en opposition des générations. Il nous faut gagner l’amplification de la mobilisation pour la défense d’un système de solidarité intergénérationnel notamment en nous adressant en direction des jeunes en portant notre exigence de prise en compte des années d’études dans le calcul de la retraite

C’est dans les périodes de mobilisations qu’il y a le plus besoin d’activité spécifique, pour éviter la mise en opposition des salarié.es et le décrochage des ICTAM tant souhaité par le patronat.

Pour cela, la commission exécutive de l’Ugict-CGT a fait le choix de construire un « Cadres Infos » de 24 pages, reprenant l’ensemble des problématiques revendicatives des Ictam (statut encadrement, retraites, management, égalité femmes hommes… avec pour fil rouge le coût du capital), tiré à 300 000 exemplaires et disponible dans les Comités Régionaux. Nous appelons les organisations Ugict-CGT à s’emparer largement de ce matériel et à construire des plans de déploiement.

La Commission exécutive de l’Ugict-CGT décide de mettre à disposition du matériel (pancartes…) pour travailler la visibilité des Ictam dans les cortèges le 5 décembre. 

Nous appelons les syndicats à programmer partout des heures d’informations syndicales pour préparer la grève du 5 décembre et organiser des départs collectifs et des cortèges professionnels en manifestation. 

Nous appelons les organisations, dans leurs périmètres, à prendre toutes les dispositions pour gagner l’unité la plus large. 

La Commission exécutive de l’Ugict-CGT appelle les organisations à débattre avec les syndiqué.es et les salarié.es des actions à mettre en place au lendemain du 5 décembre, pour, en partant des possibilités effectives de mobilisation des ICTAM, permettre à chacune et chacun de continuer l’action.

Un diaporama complet et commenté sur la réforme des retraites est mis à disposition des organisations, ainsi qu’un site web de décryptage de la réforme.

Une nouvelle journée d’étude est organisée le 17 décembre, à Montreuil.

La direction de l’Ugict-CGT est disponible pour la décliner en territoires ou sur les lieux de travail.

La Commission exécutive de l’Ugict-CGT appelle l’ensemble de ses organisations à programmer des réunions physiques ou téléphonées pour construire le déploiement et la mobilisation pour le 5 décembre et ses suites.