Menu

DGCCRF : 44% de grévistes pour défendre les missions et l’emploi

A l'initiative de l'ensemble des syndicats CGT, Solidaires, CFDT et FO, près d’un agent sur deux chargés de la protection des consommateurs et de la répression des fraudes en France se sont mis grève jeudi 21 mars pour alerter sur leurs difficultés à exercer leurs missions, mises en lumière récemment par l'affaire de la viande de cheval vendue pour du boeuf.

lundi, 25 mars 2013 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Ils dénoncent l'éclatement de ces services chargés notamment de veiller à la sécurité alimentaire, initié par le précédent gouvernement dans le cadre de la Révision générale des politiques publiques ou de la Réate (Réforme administrative et territoriale de l'Etat).  Les syndicats pointent aussi les suppressions de postes. Les effectifs ont baissé de 15,7% depuis 2007, soit plus de 500 postes. Selon la CGT, 48 départements comptent moins de 12 agents et 28 moins de 8 agents.
Les syndicats estiment que ces facteurs sont à l'origine d'une "régression sans précédent" de la capacité d'intervention des agents qui s'est traduite, disent-ils, par une baisse de l'activité de 20% en 2012 par rapport à 2010.
Pour les syndicats, "les résultats de cette politique commencent à apparaître: moins de contrôles, donc plus de fraudes", comme en atteste l'actualité récente du « chevalgate ».
"On a été coupés en deux, on n'a plus de chaîne de commandement. Dans le cadre de l'affaire du cheval, ça a été tout à fait révélateur, puisque les investigations qui auraient dû être menées normalement font partie de notre métier", explique Brigitte Bidault pour la CGT. Elle rappelle que "dans les départements du Sud-Ouest, comme dans l'Aude où se trouve l'entreprise, les agents ne sont que huit et une seule personne s'occupe de l'industrie alimentaire "
Les syndicats appellent déjà les agents à se mobiliser à nouveau en manifestant à Paris le 6 avril.