Menu

Les diplômes restent un facteur d’intégration dans l’emploi

Selon le ministère de l'Education nationale, les jeunes sortis du système éducatif sans qualification sont cinq fois plus exposés au chômage que les titulaires d'un diplôme de l'enseignement supérieur.

mardi, 21 octobre 2014 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Ainsi, selon le recueil statistique « L'Etat de l'école 2014 », en 2013, le taux de chômage des jeunes sortis de formation initiale depuis un à quatre ans s'élevait à 20,3%, une moyenne qui cache des disparités. Ce taux de chômage était moitié moindre (10,5%) pour les diplômés de l'enseignement supérieur, même si de récentes enquêtes ont montré que le diplôme est de moins en moins protecteur et que la crise frappe lourdement, même les plus qualifiés.

A l'inverse, le chômage affectait près d'un jeune sur deux (48,8%) disposant uniquement du brevet ou d'aucun diplôme. Même si on peut rencontrer des diplômés du supérieur sans emploi, « le diplôme de formation initiale est plus que jamais un rempart contre le chômage », souligne Catherine Moisan, directrice de la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) au ministère. « Les variables d'ajustement des crises sont les jeunes sans diplôme ».