Menu

Emplois dans la recherche : grand succès pour la mobilisation

[Communiqué du SNTRS-CGT. Grand succès pour la manifestation du vendredi 17 octobre 2014] Ce 17 octobre, huit à dix mille manifestants ont arpenté les rues de Paris, de la Porte d’Orléans aux Invalides. En province, dans plusieurs villes universitaires, des rassemblements ont fait écho à la manifestation parisienne. En Italie, Espagne, Grèce des mobilisations convergentes ont mis en avant les mêmes revendications.

lundi, 20 octobre 2014 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

À l’appel des organisations syndicales et de « Science en marche », les personnels, titulaires et précaires, ainsi que les étudiants sont venus signifier au gouvernement que le temps où François Hollande félicitait Geneviève Fioraso d’avoir maintenu le calme dans les universités est révolu. Ils étaient là pour refuser l’austérité, exiger des postes et des crédits pour les organismes de recherche et les universités, dire non aux pénuries budgétaires et au chômage massif des jeunes diplômés et des docteurs.

Le défilé parisien rassemblait les cyclistes de « Science en marche », les délégations des universités parisiennes et des grands centres de recherche d’Île-de-France, de nombreux jeunes précaires, les membres du Conseil Scientifique du CNRS et de nombreuses personnalités scientifiques. La manifestation a reçu le soutien de plusieurs élus du PCF,  d’Europe Ecologie les Verts et du Parti de Gauche qui ont participé au défilé.

À l’arrivée aux Invalides, deux députées Marie George Buffet et Isabelle Attard ont fait état du débat à l’Assemblée nationale qui se tenait le matin du 17 octobre : le gouvernement a balayé tous les amendements visant à réduire l’aubaine fiscale que constitue le Crédit Impôt Recherche. Les exigences du capital ont été privilégiées face aux besoins du monde de la connaissance.

De nombreux échos médiatiques, tant dans la presse écrite qu’audiovisuelle, ont relayé cette manifestation. La propagande du gouvernement ne passe plus dans l’opinion publique. Contrairement au discours lénifiant et mensonger du gouvernement, la recherche n’est pas sacralisée. Comme de nombreux autres secteurs de la fonction publique, elle est sacrifiée sur l’autel de l’austérité. C’est également le message envoyé à François Hollande et à son gouvernement par la lettre signée de 660 directeurs d’unités de recherche.

Notre bataille pour obtenir des postes de chercheurs, d’enseignants chercheurs, d’ingénieurs et de techniciens, pour faire sortir de l’austérité les laboratoires et les services va continuer. Ce 17 octobre n’était qu’un début. Dans les prochains jours, l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et de la recherche se réunira pour proposer des initiatives de lutte, coordonnées avec tous les acteurs du mouvement : « Sciences en marche », les directeurs d’unités, les collectifs de précaires et tous ceux qui s’associeront aux initiatives à venir.

Élargissons la mobilisation pour faire reculer le gouvernement.

Villejuif le 20 octobre 2014