Menu

Engie : la CGT évalue 1 900 suppressions d'emplois

La CGT d'Engie a estimé le 2 mai que la restructuration du siège d'Engie porteraient à « au moins 1 900 » le nombre d'emplois supprimés en France dans la partie « énergie » du groupe sur la période 2016-2019.

mardi, 09 mai 2017 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Le syndicat dénonce par ailleurs dans un communiqué la « délocalisation » en cours vers des pays « à faible coût de main d'œuvre » de l'activité relations clientèle, déjà externalisée.

Le groupe énergétique a annoncé à la mi-avril la restructuration de son siège social implanté sur trois sites à Paris, Bruxelles et Londres. En France, la direction a prévu dans ce cadre la suppression de 416 postes mais, selon la CGT, 600 en fait seront impactés car 200 étaient déjà « gelés » (non pourvus). La CGT rappelle que ce « n'est pas le seul projet en cours ou à venir ».

Sur la période 2016-2019, il s'agit d'« au moins 1 900 suppressions de postes » sur les quelque 25 000 existants en France dans la partie « énergie » du groupe, souligne le syndicat, qui actualise des chiffres donnés en juin 2016. La CGT avait alors fait part de 950 suppressions de postes déjà annoncées officiellement d'ici à 2018, dont plus de 750 en France. Elle avait aussi calculé que « 10 000 salariés dans le monde » pourraient être touchés par le plan de transformation de l'énergéticien.