Menu

Quand les entreprises vont mal, les salariés souffrent au travail

Dans les entreprises connaissant une baisse d'activité, 11 % des salariés évoquent un risque dépressif contre 8 % dans les entreprises "stables", "soit un risque supplémentaire de 31 % une fois neutralisées diverses variables " (sexe, âge, ancienneté, statut, secteur...), indique la Dares (direction statistique du ministère).

lundi, 29 juin 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Environ 37 % des salariés des entreprises "en crise" pensent également que leur travail est "mauvais" pour leur santé. La DARES a évalué et comparé l'intensité des risques psychosociaux au regard de divers facteurs (exigences du travail, émotionnelles, autonomie, relations de travail, conflits de valeurs et insécurité économique).  


Dans les établissements "en crise", les salariés expriment logiquement un plus fort sentiment d'insécurité économique: 42 % ont ainsi des "craintes pour l'emploi", contre 19 % dans les entreprises dites "stables" et près de 30 % dans les "flexibles" et "restructurées", relève l'enquête. Ces salariés rapportent aussi plus fréquemment être souvent en désaccord avec leur supérieur.


Si l'intensité ressentie du travail est plus forte dans ces entreprises "en crise" que dans les entreprises "stables", le sentiment de travailler souvent "sous pression" est également à un haut niveau dans les établissements "en croissance" et "restructurés", selon l'enquête.