Menu

On vit plus vieux, mais les inégalités persistent

On vit plus vieux, mais les inégalités persistent

Le rapport 2017 sur l'état de santé de la population publié le 11 mai par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) et l'agence nationale Santé publique France assure que « les Français sont globalement en bonne santé par rapport aux pays de niveau de richesse similaire ».

lundi, 15 mai 2017 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Notre espérance de vie en 2015 est de 85 ans pour les femmes (parmi les plus élevées d'Europe) et 78,9 pour les hommes (dans la moyenne européenne). En dix ans, l'espérance de vie des femmes a progressé de 1,2 an et celle des hommes de 2,2 ans, même si ce phénomène tend à se tasser. Les cancers et les maladies cardiovasculaires sont les causes les plus fréquentes (27,6 et 25,1 %) des 567 000 décès enregistrés en France, suivis par les maladies respiratoires autres que les cancers (6,6 %) et les morts violentes comme les accidents ou les suicides (6,5 %).


Des écarts notables existent entre les régions, largement dus à des différences sociologiques entre leurs populations.
« L'espérance de vie est en moyenne plus élevée dans la moitié sud de la France métropolitaine, en Île-de-France et, pour l'outre-mer, en Martinique. Elle est en moyenne plus basse dans les Hauts-de-France et, pour l'outre-mer, à Mayotte et en Guyane », souligne le rapport. En métropole, les écarts entre régions peuvent aller jusqu'à 4 ans pour les hommes (76,9 ans dans les Hauts-de-France contre 80,8 en l'Île-de-France) et 2 ans pour les femmes (83,6 ans contre 85,9 dans les mêmes régions). Outre-mer, ces écarts peuvent être de 3 ans pour les hommes et 6 ans pour les femmes.