Menu

Etat d'urgence : Manuel Valls reçoit patronat et syndicats

Manuel Valls a reçu vendredi les principaux dirigeants syndicaux et patronaux à Matignon, qui lui ont exprimé leurs inquiétudes sur les répercussions dans les entreprises des attentats de Paris et de l'état d'urgence.

lundi, 23 novembre 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Le Premier ministre a chargé la ministre du Travail, Myriam El Khomri, "de mettre en place un comité de suivi" sur les problèmes de sécurité au travail, de poursuite de l'activité économique et de détection de la radicalisation dans les entreprises.

Le président du Medef  appelé à "ne pas prendre des mesures trop drastiques ou antiéconomiques, même si, évidemment, il faut renforcer la sécurité". Pour la CGPME, François Asselin, s'est aussi inquiété des "baisses de fréquentation des commerces, des réservations dans l'hôtellerie".

Du côté des syndicats, les organisations ont demandé que l'état d'urgence ne réduise pas les libertés. Ainsi, Philippe Martinez a exprimé pour la CGT les "inquiétudes sur les conséquences sur les libertés individuelles et collectives de l'état d'urgence et de la modification de la Constitution" annoncée par le gouvernement. Il a aussi appelé à être prudents lors des "perquisitions dans les entreprises" et à faire attention "aux "traumatismes, aux amalgames et aux suspicions qu'elles peuvent causer".

Jean-Claude Mailly, de Force Ouvrière, a demandé "quels sont les critères objectifs" pour interdire des manifestations, prévenant que son syndicat n'hésiterait pas à "appeler à des manifestations" s'il n'est pas satisfait de la future réforme du Code du travail.

"Dans la période qui arrive, on aura à faire en sorte que les libertés individuelles continuent à s'exercer", a déclaré pour sa part Laurent Berger (CFDT), qui a appelé à l'unité : "Je n'ai pas de problème, sur les valeurs fondamentales de la République, à être uni avec le patronat et les autres organisations syndicales, avec les politiques quels qu'ils soient, à condition qu'ils soient démocrates et républicains".