Menu

La fausse bonne idée du prélèvement à la source

Le prélèvement des impôts à la source était au menu du conseil des ministres de ce 17 juin.

lundi, 22 juin 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Il sera «pleinement appliqué en 2018», a déclaré le chef de l'État, François Hollande, dans un entretien à Sud-Ouest Dimanche. Et, concrètement, le ministre des Finances, Michel Sapin, a indiqué de son côté que la réforme visant à mettre en place ce système serait engagée en 2016. Le Président assure que le projet préparé par le gouvernement «garantira que nul n’ait à perdre quoi que ce soit. Ni les Français ni l’État».

Ce chantier de trois ans, dont on imagine bien la complexité, est-il pour autant la réforme de la fiscalité attendue par les Français et pour laquelle s'était engagé le candidat François Hollande durant sa campagne ? Rien n'est moins sûr car rien de ce qui est annoncé ne semble revenir sur les inégalités face à l'impôt.


Rien non plus en termes de lutte contre la fraude, les paradis fiscaux et les nombreux dispositifs d'optimisation dont usent et abusent les entreprises du CAC 40 et les multinationales. Rien encore qui permette de tourner le dos au dumping fiscal.

Or, ce sont bien là des sujets de mécontentement légitimes qui sapent l'un des fondements mêmes de la République.

Cette mesure "ne constitue en rien les prémisses de la réforme fiscale nécessaire" pour rendre "l'impôt plus juste et efficace", affirme la CGT dans un communiqué. "Sous prétexte de vouloir simplifier l’impôt sur le revenu" le gouvernement "crée les conditions de nouvelles inégalités et expose encore plus la vie privée des travailleurs vis-à-vis de leurs employeurs. (…) La retenue à la source fournirait à l’employeur des éléments sur la vie privée des salariés - situation de famille, niveau de revenus du conjoint", qui, pour la CGT, "doivent absolument demeurer confidentiels".