Menu

Formations sanitaires : les étudiants dénoncent le manque d'investissement de l'Etat

Les fédérations des étudiants en kinésithérapie (Fnek), en soins infirmiers (Fnesi), en maïeutique (Anesf), en psychomotricité (Anep) et en ergothérapie (Unafe) ont dénoncé jeudi 29 octobre le "manque d'investissement de l'Etat" dans les formations sanitaires et sociales, réclamant un alignement des aides et des frais d'inscription sur ceux des formations universitaires.

lundi, 02 novembre 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Elles pointent notamment les effets de la loi de décentralisation de 2004 qui a confié aux régions "la compétence de financement et de gestion des formations sanitaires et sociales (FSS)", devenues les "seules formations de l'enseignement supérieur dont la compétence est régionale". Cela a engendré "de nombreuses inégalités" en matière de financement, de répartition géographique des instituts de formation, ou encore de "montant des bourses", expliquent-elles. Ces inégalités portent notamment sur les frais d'inscription, souvent élevés, y compris dans les instituts publics.

Les syndicats réclament "un alignement des montants et plafonds de revenus d’accès aux bourses des formations sanitaires et sociales sur les bourses sur critères sociaux du Crous", avant un "transfert de compétence au Crous", ainsi que "des frais de formation équivalents aux frais universitaires".