Menu

Freescale (semi-conducteurs)

Les salariés veulent défendre l’avenir avec des propositions

lundi, 11 juin 2012 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Le temps presse pour les salariés du fabricant de semi-conducteurs dont l’unité toulousaine de fabrication doit fermer le 10 août. Avec leurs syndicats CGT, CFTC, Sud, ils exigent un moratoire sur la fermeture de leur usine car ils continuent à croire en leur avenir industriel. Propositions à l’appui.

Mardi 5 juin, quelque 70 salariés du fabricant de semi-conducteurs ont participé à une manifestation organisée par la CGT « pour la défense de l’emploi industriel en Midi-Pyrénées ». Les pouvoirs publics se sont engagés « pour un rendez-vous très rapidement avec les ministères concernés », dont Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif. Ce délai revendiqué doit permettre d’examiner une solution « sérieuse de reprise » du site figurant dans le « dossier Elfet/Topofet ».

Il s’agit en l’occurrence d’un projet technologique, porté par un ancien dirigeant de Freescale. Il consiste à doper les performances des semi-conducteurs à base de silicium, en utilisant du nitrure de Gallium. Un saut technologique qui permettrait selon le syndicat CGT de sauver 235 emplois, sur les 821 supprimés. Ce projet a été validé par des experts mandatés qui reconnaissent la fiabilité du projet, à condition que les fabricants automobiles se disent intéressés.