Menu

Gattaz veut aller vite, mais reste dans le flou

A l’issue d’une réunion jeudi 12 juin à l’Elysée avec le président de la République, le patron des patrons a indiqué avoir demandé à François Hollande une mise en œuvre urgente du « pacte de responsabilité » et réclamé « une visibilité à trois ans » sur « la baisse du coût du travail et de la fiscalité ».

lundi, 16 juin 2014 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Toujours aussi gonflé, Pierre Gattaz n’a en revanche pas été plus loin dans les contreparties en termes d’emploi.

« Les engagements sont réciproques » avait pourtant réaffirmé la veille le gouvernement. « l'Etat fait un effort sans précédent en faveur du redressement des entreprises, celles-ci doivent en contrepartie, utiliser ces nouvelles ressources pour le recrutement, la formation des salariés et l'investissement productif. »

« Le pacte, c'est un problème de confiance. Tant que les entrepreneurs et les entreprises n'auront pas confiance - que ce soit des investisseurs français ou des investisseurs internationaux - ça ne marchera pas », a-t-il fait valoir.

De ce point de vue, selon lui, « il faut donc impérativement que certains dispositifs, comme la pénibilité et le temps partiel, soient revus avec nos partenaires (politiques, sociaux) pour qu'on les adapte, qu'on les simplifie de telle façon que ce pacte puisse se mettre en œuvre avec des dispositifs simplifiés ».