Menu

General Electric : manifestation européenne inédite

Au moins 2.500 salariés de General Electric (GE) ont manifesté vendredi à Paris, lors d'une journée d'action européenne contre un plan de 6.500 suppressions d'emplois en Europe.

lundi, 11 avril 2016 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Il étaient venus d'Allemagne, de France, d'Espagne, d'Italie, de Belgique et de Pologne, nombreux du pôle énergie d'Alstom racheté il y a quatre mois par GE pour s'opposer au plan de restructuration du conglomérat américain à l'appel des organisations affiliées à la fédération internationale de syndicats industriALL Europe et pour la France à l'appel notamment de la CGT et FO.

"GE n'a jamais vu ce type de manifestation. En l'absence d'investissement, tous les sites sont menacés. Tous ceux qui sont là, c'est pour dire non au plan de restructuration, oui à un plan d'investissement pour l'avenir. La convergence est forte", a déclaré Laurent Santoire, de la CGT. Une délégation du siège de Belfort, non menacé par les suppressions de postes mais touché depuis quatre jours par un mouvement de grève était présente par solidarité.

Outre la manifestation sur le parvis de la Défense, des actions de protestation grèves, débrayages, se déroulaient simultanément dans plus de 40 sites en Allemagne, France, Espagne, Autriche, Belgique, République tchèque, Suède et Suisse.

Une délégation a été reçue par un groupe de DRH au siège de la Défense. "Nous leur avons fait part de nos revendications: pas de licenciements, un plan stratégique industriel pour l'avenir, et la prise de responsabilité de tous les acteurs pour l'énergie européenne du futur", a lancé Luc Triangle, secrétaire général adjoint d'industriAll. "En attendant les réponses, le combat continue!" a-t-il ajouté, sous les applaudissements.