Menu

GM&S Industry : le sort des 277 salariés toujours suspendu

Le tribunal de commerce de Poitiers a mis en délibéré au vendredi 30 juin sa décision sur le sort de l'équipementier automobile creusois  menacé de liquidation pour lequel il n'y a toujours pas d'offre ferme de reprise.

lundi, 26 juin 2017 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Pour les 277 salariés, la semaine à venir s'annonce cruciale. Avec notamment une réunion mardi au ministère de l'Économie, dans le cadre d'un « processus de négociations en cours » avec l'État et les constructeurs PSA et Renault, principaux clients de GM&S. « On a huit jours pour faire avancer les choses avec l'État et les constructeurs et la mobilisation des salariés », a déclaré Jean-Marc Ducourtioux, délégué CGT, à l'issue de l'audience au tribunal de Commerce  jugée « particulièrement éprouvante » par l'avocat des salariés.

Les syndicats ont déploré vendredi que le seul repreneur potentiel, le groupe d'emboutissage stéphanois GMD, ne se soit toujours pas engagé sur une offre de reprise en bonne et due forme. Seul « un mail complémentaire a été déposé » auprès du tribunal, ont-ils dit. Par ailleurs, les termes de cette offre potentielle sont jugés « indécents » car ils ne porteraient sur le maintien à la Souterraine que de 110-120 emplois, au plus 140. L'avocat des salariés, maître Borie, estime qu'en tant que seul repreneur potentiel déclaré, GMD profite simplement de sa position de force pour « tenter d'obtenir toujours plus ».

Les salariés de GM&S, eux, espèrent toujours obtenir que les constructeurs PSA et Renault « puissent financer la période d'observation » au-delà de la date limite du 30 juin, jusque fin septembre, pour permettre d'approfondir les négociations avec GMD, notamment sur les emplois repris. « J'aurai les constructeurs automobiles Renault et Peugeot au téléphone en début de semaine pour les convaincre de continuer à investir dans cette entreprise », a promis Bruno Le Maire tout en prévenant que la reprise de GM&S passerait nécessairement « par une réduction du nombre d'emplois sur le site ».