Menu

Grève dans les blocs opératoires du nouvel hôpital Paul Riquet de Toulouse

L’activité des 25 blocs opératoires du tout nouvel établissement toulousain a été très fortement perturbée mercredi 11 juin par une grève illimitée de la quasi totalité des infirmiers et aides-soignants qui protestent contre la dégradation de leurs conditions de travail.

lundi, 16 juin 2014 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Au premier jour de grève, 40% des opérations ne relevant pas de l'urgence avaient été déprogrammées. Le taux de grévistes était alors officiellement de 72% et une cinquantaine d'agents avait dû être « assignés » à travailler pour assurer le service minimum.

Les 180 infirmiers et aides-soignants se plaignent surtout de « l'hyper-polyvalence » qui leur est demandée. « Normalement, une infirmière de bloc travaille dans une spécialité : neurochirurgie, traumatologie ou autre. Mais ici, on doit travailler dans toutes les spécialités, ce qui nous place dans une insécurité de travail », dénonce une déléguée CGT, Isabelle Doré.

Par ailleurs les infirmières doivent parcourir en moyenne 10 km par jour - des podomètres faisant foi - dans l'immense bâtiment où l'organisation des salles a été « mal pensée », et ils pointent « un manque d'effectifs hors salles d'opération ».