Menu

Grogne salariale chez Spie Communications

A l’appel d'une intersyndicale (FO, CFE-CGC, CFDT, CGT), environ 35 à 40% des 3200 salariés de Spie Communications (intégration et infogérance de services numériques) ont débrayé mercredi 2 décembre pour protester notamment contre la "dégradation" de leurs conditions de travail.

lundi, 07 décembre 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

A la veille d'une réunion dans le cadre des négociations annuelles obligatoires, 200 d'entre eux se sont rassemblés devant le siège de l'entreprise à Malakoff.

Selon les syndicats, toutes les catégories de personnels, cadres, administratifs, techniciens, commerciaux, ont participé au mouvement et devant cette mobilisation inédite dans la société, la direction a proposé une rencontre dès le lendemain.

Les syndicats évoquent des alertes répétées concernant la dégradation des conditions de travail actée par des bilans d'expertise assez alarmants sur les risques psycho-sociaux dans l'entreprise. Ils dénoncent aussi des compressions d'effectifs opérées sans plan social, avec des licenciements pour faute et de nombreuses ruptures conventionnelles qui ne sont pas remplacés ce qui entraîne une surcharge de travail sur les salariés restants.

Les syndicats dénoncent aussi l’augmentation de la précarité, le blocage des salaires ou encore le non-respect des accords d’entreprise.