Menu

Inquiétude et colère pour l'emploi des ingénieurs de Thalès Brétigny

Plusieurs centaines de salariés des sites Thalès de Brétigny et Vélizy (Yvelines) ont crié leur colère mercredi 16 novembre devant le siège du leader mondial de la cyber sécurité à La Défense (Hauts-de-Seine).

lundi, 21 novembre 2016 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Le secteur qui met notamment au point les nouveaux passeports et carte d’identités, a été cédé en septembre à l’Imprimerie nationale, puis l’activité billettique, qui compte 350 ingénieurs sur le site de Brétigny, a été vendue au fonds d’investissement Latour Capital. A Brétigny, on craint désormais de voir l’activité péricliter. A Vélizy, où sont regroupés au total près de 1 500 employés, l’équipe de 80 personnes chargée de l’identitaire est aussi inquiète.

Pourtant les perspectives de Thalès Brétigny sont plutôt florissantes. Ainsi, l'entreprise a récemment remporté un appel d’offres pour moderniser le métro de la ville chinoise de Taïpei : 1 500 portillons dans 120 stations où transitent chaque jour 1,97 million de passagers, avec la billettique associée. Et les ingénieurs de Brétigny planchent aussi sur  les bornes de stationnement dans les parkings pour Vinci ou le dispositif de reconnaissance et d’identification des plaques d’immatriculation des voitures à la douane.