Menu

L'intersyndicale des assistants parlementaires reçue au ministère du Travail

La ministre du Travail Myriam El Khomri a reçu mercredi une intersyndicale CFTC-CFE-CGC-CGT-FO-Solidaires-UNSA des collaborateurs parlementaires qui réclame « un statut professionnel » et la procédure du licenciement pour motif économique en fin de mandat.

lundi, 24 avril 2017 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Les syndicats revendiquent le cadre des licenciements économiques, plus protecteur, en lieu et place des licenciements pour motif personnel comme jusqu'alors. Quelque 2 000 collaborateurs travaillent à l'Assemblée Nationale, 1 000 au Sénat. A l'occasion des élections législatives de juin et sénatoriales de septembre, quelque 1 300 d'entre eux risquent d'être licenciés en raison du renouvellement des assemblées. 

D'après l'intersyndicale, qui salue avec ce rendez-vous sollicité au ministère « une nouvelle étape pour la reconnaissance des droits des collaborateurs parlementaires », « la ministre a réaffirmé son soutien à la négociation devant aboutir à des accords professionnels dans les assemblées, puis à terme à une convention collective ».

La ministre a aussi « expressément demandé à la Direction Générale du Travail d'apporter une réponse précise aux syndicats des collaborateurs parlementaires d'ici la fin de la semaine prochaine, notamment sur la légitimité de la procédure de licenciement pour motif économique en fin de mandat », poursuit le communiqué.