Menu

L'Ires, Institut de recherche des syndicats fragilisés par l’État

Le 3 juillet, les dirigeants des six syndicats fondateurs de l'Institut de recherches économiques et sociales (CGT, CFDT, FO, CFE-CGC, CFTC et Unsa-Éducation) avaient demandé au Premier ministre dans un courrier « d'assurer la survie » de l'institut.

lundi, 21 juillet 2014 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Ce 15 juillet, c’est au tour du directeur de l’Ires de saisir les pouvoirs publics dans un communiqué. « Alors que les autorités publiques ont toujours affirmé leur soutien au renforcement des capacités des organisations syndicales dans leur réflexion, l'Institut de recherches économiques et sociales se meurt », écrit Frédéric Lerais, directeur général de l'Ires. « Aujourd'hui, il y a urgence », affirme-t-il, demandant un « engagement concret fort de l'État pour sauver l'Ires ».


L'organisme est « fragilisé » par les « contraintes budgétaires » imposées par l'État, Son directeur constate une « baisse de 15 % du budget depuis 2010 » et la « disparition » des « mises à disposition » de fonctionnaires, dont dépend l'Ires, « faute d'engagement politique ».


Créé en 1982 par les syndicats et le gouvernement de Pierre Mauroy, l'Ires est au service des organisations syndicales représentatives. Il mène ses propres programmes de recherche et finance les recherches des organisations syndicales. Il bénéficie d'une subvention publique et de mises à disposition de fonctionnaires à titre gratuit.