Menu

Journée nationale intersyndicale de mobilisation des Sages-femmes le 13 novembre

«Métier formidable, conditions fort minables»: plusieurs milliers de sages-femmes venues de toute la France ont défilé jeudi 7 novembre à Paris pour réclamer une meilleure reconnaissance de leurs compétences et de leur travail auprès des femmes et des nouveau-nés.

mardi, 12 novembre 2013 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

 En grève illimitée depuis le 16 octobre, elles restent très mobilisées pour que leur statut médical soit pleinement reconnu et pour qu’elles soient considérées comme «praticien de premier recours».

Après cette manifestation intersyndicale, la Fédération CGT des Services Publics et son Union Fédérale des Ingénieurs, Cadres et Techniciens, ont déposé un préavis de grève pour la journée du 13 novembre 2013, le jour où doit se tenir une réunion nationale au ministère des Affaires Sociales et de la Santé sur la profession de sage-femme. La CGT exige, entre autre, que ces professionnelles soit couvertes par un statut rénové dans la Fonction publique hospitalière, avec ses déclinaisons dans la Fonction publique territoriale, qui tienne pleinement compte du fait que c’est une profession médicale.

Dans les établissements publics et privés, la CGT revendique des rémunérations en rapport avec le diplôme à Bac+5, les responsabilités et le rôle de premier recours des sages-femmes dans la prise en charge des grossesses. La CGT exige l’ouverture de «véritables négociations en vue du règlement des revendications portées par l’action de ces personnels pour : 
 un véritable plan emploi, formation, reconnaissance des qualifications, 
 la titularisation et la résorption des emplois précaires, avec notamment l’organisation de concours, 
 l’amélioration des conditions de travail et de vie, le respect des droits et libertés, 
 des augmentations salariales par une augmentation du point d’indice, des reclassements, une reconnaissance des qualifications et responsabilités, 
 la réponse aux besoins de la population à travers la protection sociale, la santé, les services publics, 
 un régime de retraite prenant en compte les spécificités de la profession de sages-femmes, 
 la défense et le maintien des avantages acquis statutaires, conventionnels et locaux…»