Menu

La Confédération Syndicale Internationale tacle le double jeu du FMI et de l’EU

Si le FMI reconnaît que les plans d’austérité, devaient ralentir en Europe, la Confédération Syndicale Internationale (CSI), qui revendique 175 millions de membres, souligne que ses pratiques n’ont pas changé : « il y a une reconnaissance du fait que l’austérité devrait être ralentie, mais nous n’avons vu aucun changement fondamental dans les politiques menées » déclare Sharan Burrow, Secrétaire générale de la CSI à l’AFP.

jeudi, 18 avril 2013 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Désormais inquiet des conséquences d’effets de seuils devenus incontrôlables, le FMI tente de « rétropédaler » mais : « les mêmes politiques sont toujours menées par les responsables du FMI dans les pays en crise […] Le FMI et les Européens sont en guerre contre les droites des salariés […]. Ils se sont attaqués aux mécanismes de redistribution tels que la protection sociale qui aurait permis […] de promouvoir une croissante durable en préservant la demande » analyse la secrétaire générale de la CSI. Elle se prononce également pour un rééquilibrage de la demande au sein de la zone euro. Télescopage d’information, à Berlin on considère que le salaire minimum est une cause de chômage en Europe. Qui peut dire cela à par, bien sûr, Madame… Merkel. Elle se dit : « strictement opposée à un salaire minimum généralisé imposé par les politiques » proposé par l’opposition de gauche.
Sources : AFP