Menu

Le gouvernement veut développer et mieux encadrer les stages

Dans un entretien publié jeudi 7 mars dans Libération, la ministre de l'enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, a indiqué que le gouvernement veut à la fois développer les stages et mieux les encadrer afin de limiter les abus dénoncés notamment par l'UGICT-CGT, l'Unef et Génération précaire ces dernières années

lundi, 11 mars 2013 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

La ministre part d'un constat : le recours au stage est « très déséquilibré » puisqu'il concerne « principalement les étudiants en fin de cursus, et très peu d'étudiants en premier cycle à l'université ».

« Nous allons développer la possibilité d'effectuer des stages dans tous les cursus, et également plus tôt, dès la licence », annonce Mme Fioraso, précisant que les offres de stages deviendront « un des critères qualitatifs pour l'attribution des dotations d'Etat » aux établissements.

Mais il est nécessaire, souligne-t-elle, de mieux encadrer les stages afin d'éviter les abus et notamment les emplois déguisés en stages, susceptibles d'augmenter en temps de crise économique alors que le chômage atteint déjà des sommets.

« Certains secteurs, comme la publicité, ont entre 10% et 15% de stagiaires. Ce n'est pas normal, et nous étudions, avec le ministre du Travail, Michel Sapin, la possibilité de fixer des plafonds », assure-t-elle.

Selon la ministre, « il ne faut plus de stages en dehors des cursus de formation » et les délais doivent également être encadrés.

« Nous allons également limiter les stages à six mois », dit-elle. « Ce délai maximum était prévu dans la loi Cherpion de 2011 mais ce n'était pas appliqué faute de décret ».