MENU

Licenciements boursiers chez Sanofi

Imprimer

Sanofi va supprimer environ 600 postes en France dans les trois ans, via des départs volontaires.

Une nouvelle restructuration qui découle du plan d'économies d'1,5 milliard d'euros d'ici à 2018 dévoilé en novembre par le groupe qui se traduit par un recentrage de son portefeuille d'activités et une réorganisation de l'entreprise en cinq grandes unités commerciales.

Selon les informations de la CGT du groupe, les différents projets actent en réalité la disparition de plus de 1.100 postes au total, dont 657 actuellement occupés. Les autres postes sont vacants, notamment dans la R&D (Recherche et Développement), où 296 postes non pourvus vont être supprimés.

La filiale la plus touchée est la production pharmaceutique SWI (- 400 postes occupés), devant celle des métiers commerciaux et de la visite médicale SAF (- 155) et les services centraux siège SAG (- 102). "Ce plan n'a aucune justification économique, c'est inacceptable", "un pont d'or fait aux actionnaires", accuse Thierry Bodin, coordinateur CGT du groupe qui attend du gouvernement "une loi pour empêcher les licenciements boursiers » et  "la suppression des crédits d'impôts pour une entreprise comme Sanofi", qui, selon le syndicat, ont "plus que doublé en six ans", pour atteindre "153 millions en 2014".

Publié le lundi, 08 février 2016 dans Actualités