Menu

Mal-être et souffrance des futurs médecins : encore un tabou à lever

Des syndicats d'étudiants et jeunes médecins (Anemf, Isnar-IMG, ISNCCA et l'Isni) ont dévoilé le 13 juin les résultats d'une étude sur les maux souvent tabous, dont souffrent les futurs soignants.

jeudi, 22 juin 2017 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Les troubles psychiques comme la dépression ou le burn-out, auxquels sont particulièrement exposés les professionnels de santé, « touchent également les jeunes et futurs médecins, cependant les études épidémiologiques les concernant sont peu nombreuses », relèvent les syndicats qui ont décidé de briser le tabou en lançant cette étude inédite qui a réuni 22 000 réponses à un questionnaire mis en ligne en début d'année.

Ils révèlent l'ampleur du mal-être des jeunes soignants au long de leurs neuf années d'études jusqu'au clinicat (+ deux ans): 66,2 % déclarent souffrir d’anxiété et 27,7 % de dépression et 23,7 % ont eu des idées suicidaires, dont 5,8 % dans le mois précédent l'enquête. Si 73,3 % des répondants estiment avoir le soutien de leurs pairs, ils ne sont que 49,3 % à affirmer avoir le soutien de leurs supérieurs hiérarchiques, un chiffre qui grimpe à 61,5 % parmi les internes. Ils sont également 10,8 % à déclarer avoir subi des violences psychologiques et 33,5 % à juger l'encadrement insuffisant.

« L'hôpital a beaucoup changé ; on est passé d'un modèle paternaliste à autonomiste, on lui applique une logique de management entrepreneurial », explique Ludivine Nohales, secrétaire générale de l'Inscca.

Pour prévenir les risques psychosociaux, les syndicats proposent notamment une visite d'aptitude obligatoire et systématique pour tous les jeunes médecins à chaque changement de statut (externe, interne, assistant). Ils  insistent aussi sur la nécessité de « renforcer les contrôles et les sanctions en cas de non-respect du temps de travail » et  plaident également pour une formation des médecins au management, pendant leurs études et en particulier quand ils prennent leurs fonctions.