Menu

Mauvais plans pour les moins de 25 ans

Rappel des chiffres du baromètre de « L’humeur des jeunes » (Ifop Deloitte) déjà cités depuis quelques jours, sur les réseaux sociaux et dans la presse : 49 % des jeunes diplômés de moins de 3 ans sont en recherche d’emploi ; la durée moyenne de la recherche s’établit, en 2014, à 5 mois (+7 semaines par rapport à 2013) Bizarre ?

jeudi, 06 février 2014 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

 Un quart des sondés envisagent de s’expatrier, mais cette réponse ne concerne que les jeunes en recherche d’emploi, avec une préférence pour les pays anglophones Canada, USA, RU et peu d’appétence pour l’ Asie (13 %) .


La lecture plus attentive des résultats nous révèle des constats peu médiatisés :
Les jeunes de moins de 25 ans sont les plus touchés par la crise, pourtant la majorité des jeunes diplômés estiment que la France possède de nombreux atouts.


Les moins de 25 ans sont 70 % à être à la recherche d’un emploi, dont 51 % de femmes contre 45 % des hommes ; 52 % résident en province (39 % à Paris). En ce qui concerne l’emploi 55 % sont en CDD et 26 % en temps partiel.
Il est à noter aussi que 40 % des jeunes diplômés qui cherchent un emploi n’ont eu aucun entretien (50 % pour le 3 e cycle).


Plus généralement, 57 % des jeunes chômeurs estiment avoir peu de chance de retrouver un emploi dans les prochains 6 mois. Ils restent méfiants à l’égard des employeurs : 68 % (+5% par rapport à 2013). Le 3e cycle universitaire semble le plus septique. Plus de 55 % affirment que les annonces qu’ils consultent ne correspondent pas à leur profil (48 % n’ont pas de réponse ; manque d’expérience 50 % ; pas de réseau ou de carnet d’adresses perso 43%).


Si 20 % des sans emplois accepteraient de s’expatrier, 44 % le feraient pour une durée de 1 à 5 ans et 28 % pour toute la carrière. Ils sont cependant 81 % à estimer que la France possède des arguments pour leur avenir professionnel (44 % pour une qualité de vie satisfaisante, 31 % pour l’encadrement juridique des contrats de travail).


Un quart d’entre eux dénoncent un manque de possibilité d’innovation.
Enfin, pour 63 % de l’ensemble des participants à l’enquête l’emploi n’est qu’un moyen de gagner sa vie et pour 24 % une source d’épanouissement. Un rapport au travail à l’anglo-saxonne serait-il en train d’émerger ?


Source :
Deloitte France SA : cabinet membre du Deloitte Touche Thomatsu Limited. Domaines : audits, fiscalité, consulting financial advisory pour le public et le privé.


Echantillon 1001 jeunes diplômés de bac à bac +5 depuis moins de 3 ans, en poste ou en recherche d’emplois (privé et public) Interview en ligne (30 % 2e cycle, 11 % grandes écoles, 21 % bac)

Ifop.com : baromètre de l’humeur des jeunes diplômés