Menu

Métallurgie allemande

Les syndicats haussent le ton sur les salaire.

vendredi, 11 mai 2012 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Les conflits salariaux se multiplient en Allemagne, où les salariés veulent mettre fin à 15 années d'austérité. Quelque 115 000 salariés ont pris part jeudi 3 mai 2012 à des débrayages et à des rassemblements organisés pour appuyer les revendications salariales dans l’industrie allemande, a annoncé le syndicat IG Metall. Syndicat et patronat en sont au troisième round de négociations à propos de la convention collective de l’énorme secteur de la métallurgie, qui comprend les machines-outils, la mécanique, l’automobile, l’électroménager ou encore les semi-conducteurs et emploie plus de 3,5 millions de salariés dans le pays.

Les négociations salariales, menées simultanément dans plusieurs Etats régionaux, sont un temps fort de l’actualité sociale allemande et donnent le ton pour nombre d’autres secteurs de l’économie du pays. Au début du mois, ce sont les deux millions de salariés de la fonction publique qui avaient obtenu 6,3 % de hausse sur deux ans, après avoir eux aussi eu recours à des grèves dans tout le pays.

Du côté du secteur tertiaire, la conflictualité est aussi très forte. Ainsi, le syndicat allemand VerDi a annoncé vendredi des mouvements de grève dans le secteur bancaire pour obtenir des hausses de salaires après l’échec la nuit précédente des négociations avec les employeurs. VerDi a rejeté une offre du patronat, qui proposait une augmentation en trois étapes (+2 %, puis deux fois +1,1 %) pendant les deux prochaines années. Selon lui, une telle proposition aurait fait augmenter les salaires de 1,3 % par an, moins que la hausse des prix.

Cette offre « était totalement inacceptable », a déclaré Beate Mensch, responsable de VerDi, dans un communiqué.