Menu

Mobilisation réussie pour soutenir les salariés d'Air France

Quelque 7 000 personnes se sont rassemblées jeudi 22 octobre à Paris et des centaines en région pour le maintien de l'emploi au sein d'Air France et en soutien "aux inculpés" impliqués dans les violences début octobre.

lundi, 26 octobre 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Ils ont manifesté à proximité de l'Assemblée nationale, non loin d'un CCE qui avait démarré dans la matinée pour examiner un plan de restructuration menaçant jusqu'à 2 900 emplois en 2016 et 2017. Au cours de cette réunion, les élus du personnel d'Air France ont voté "à l'unanimité" en comité central d'entreprise le lancement d'une procédure de droit d'alerte, afin de questionner la direction sur la stratégie de la compagnie. Cette procédure qui n'est pas suspensive permet de lancer "une expertise sur la stratégie, sur le plan de développement et sur l'emploi", a indiqué Miguel Fortea, secrétaire général de la CGT Air France. Au cours de cette réunion, la direction de la compagnie a confirmé la suppression de 1 000 postes en 2016.


Pendant le rassemblement, l'intersyndicale a été reçue par des députés PS qui ont jugé qu'il n'y a "pas de dialogue social réel" à Air France. Au nom de l'intersyndicale, Miguel Fortea, secrétaire général de la CGT Air France, a estimé qu'"il faut que le gouvernement ainsi que les parlementaires se retroussent les manches et mouillent la chemise". Dans un communiqué, la confédération CGT estime « indispensable que soient levées les poursuites envers les 6 salariés interpellés à leur domicile, déférés au parquet et soupçonnés de violence en réunion. La direction doit aussi renoncer aux poursuites disciplinaires qu’elle envisage envers de nombreux autres salariés. C’est une condition pour une véritable reprise du dialogue social.


Il faut également que soient entendues les alternatives portées par les organisations syndicales, aux licenciements envisagés par la direction d’Air France. Une table ronde impliquant l’État actionnaire doit y contribuer et permettre d’envisager une stratégie de développement de l’entreprise, de maintien de l’emploi et des capacités d’investissements. »