Menu

Moins de redoublement en primaire, mais les inégalités sociales persistent

Selon une étude du ministère de l'Éducation publiée mercredi 1er juillet, les élèves redoublent nettement moins aujourd'hui qu'il y a une quarantaine d'années à l'école élémentaire, mais cette étude souligne aussi l'importance de l'origine sociale d'un écolier dans sa trajectoire scolaire.

lundi, 06 juillet 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

En 1978, 20 % des élèves de CE2 avaient au moins un an de retard sur leurs camarades. Ce taux a reculé à 12 % en 1997 et 6 % en 2011. "Mais tous les élèves n'ont pas bénéficié de la même manière du recul du retard en début d'école primaire", note l'étude. En 1978, un tiers des enfants d'ouvriers non qualifiés affichaient au moins un an de retard en CE2, un taux ramené à 11 % en 2009. Pour les enfants d'ouvriers qualifiés, la proportion est passée de 22 % à 9 % sur cette période. Dans les catégories sociales favorisées, les redoublements sont restés rares : 1,3 % pour les enfants d'enseignants et 1,7 % pour les enfants de cadres, en 2011.