Menu

Otis condamné suite au suicide d’un technicien

Le Tribunal des affaires de sécurité sociale (Tass) de Clermont-Ferrand a reconnu la « faute inexcusable » de la société de fabrication et de maintenance d'ascenseurs Otis, à la suite du suicide fin 2009 d’un technicien de Clermont-Ferrand âgé de 38 ans.

lundi, 21 juillet 2014 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Ce salarié s'était suicidé dans sa chambre d'hôtel en Ile-de-France, alors qu'il était en déplacement professionnel. « Il passait 75 % de son temps loin de sa famille alors qu'il ne l'avait pas sollicité. Il vivait très mal cette situation et en avait averti le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) d'Otis qui avait par la suite alerté la direction sur les risques encourus », a expliqué l'avocat.

Conséquence de cette condamnation, le Tass a ordonné « la majoration de rente attribuée au conjoint survivant » et décidé de lui allouer « la somme de 40 000 euros pour préjudice moral, ainsi que 20 000 euros à chacune de ses trois petites filles, une de trois ans et deux jumelles de un an », a-t-il encore précisé.