Menu

Ouverture des négociations sur un nouvel accord triennal chez Renault

Après PSA, qui a bouclé un nouvel accord triennal (2017-2019) en juillet, direction et syndicats de Renault ont entamé jeudi 22 septembre la négociation d'un nouvel accord d'entreprise.

lundi, 26 septembre 2016 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Pour mémoire, la CGT, deuxième force chez Renault, n'avait pas été signataire du précédent accord en mars 2013. En échange d'un maintien de tous les sites en France jusqu'à fin 2016, CFE-CGC, la CFDT et FO avaient accepté des efforts conséquents: réduction de 15% des effectifs, augmentation du temps de travail, plus de mobilité et de flexibilité, gel des salaires la première année.

L'accord de compétitivité mis en œuvre depuis 2013 par Renault a abouti à des résultats "réjouissants pour les financiers" mais a "fragilisé l'entreprise" et "n'a absolument pas permis d'améliorer la compétitivité", a affirmé  la CGT, à la veille de l'ouverture des négociations. La CGT demande à la direction d'arrêter une "stratégie suicidaire" et "l'hémorragie des CDI". "Les cadres, les ouvriers, tous disent qu'on ne peut pas continuer comme ça", a déclaré lors d'une conférence de presse Fabien Gâche, représentant de la CGT.


La direction de Renault estime que le nouvel accord devra répondre à "trois enjeux" pour "préparer l'avenir de Renault en France": "la satisfaction du client, la performance durable et la motivation des salariés".  Elle promet "des engagements" sur "l'activité" et "l'investissement", en précisant que les thématiques porteront "notamment" sur "emploi et compétences, reconnaissance, management et organisation du travail, cadre de travail, organisation du temps de travail, dialogue social".

La prochaine réunion est prévue le 4 octobre.