Menu

Service des droits des femmes et de l’égalité : le rendez-vous manqué (pétition)

Service des droits des femmes et de l’égalité : le rendez-vous manqué (pétition)

Pétition en ligne contre la violence institutionnelle et le plan social au SDFE, adressée au Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des Femmes.

lundi, 24 novembre 2014 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

La structure chargée de mettre en œuvre la politique publique interministérielle en faveur des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes, est le Service des droits des femmes et de l’égalité (SDFE). Il est composé de 28 agent-e-s en administration centrale, et d’un réseau dans les territoires : 27 délégué-e-s en régions, 90 délégué-e-s en départements et 33 collaboratrices et collaborateurs.

Suite aux différentes réformes des politiques publiques, le positionnement de ses agent-e-s, au sein des administrations, est compliqué et générateur de problèmes et de souffrances. Les moyens financiers et humains sont toujours cruellement insuffisants. Malgré le changement politique de 2012, le retour d’un ministère des droits des femmes et quelques avancées importantes dans le domaine de l’égalité, le service et ses agent-e-s sont toujours menacé-e-s !

 

Violences institutionnelles

Dans les départements, un certain nombre de nos collègues sont toujours victimes de violences institutionnelles. Pour certaines, au manque de moyens et à l’isolement, se rajoutent discriminations, comportements sexistes, harcèlement, et ce en raison même de leurs missions ou de l’affichage de leur féminisme !

Quelle réponse de l’administration ? Enfumage des organisations syndicales, exfiltration des victimes et protections des bourreaux ! Peut-être conscient qu’il y a de « petits soucis » dans le réseau du SDFE, le cabinet de la secrétaire d’Etat propose… la création d’une boite aux lettres électronique pour faire remonter les problèmes…

 

Plan social

Historiquement, le SDFE a fait appel à des contractuelles, des femmes, qui possèdent une expertise sur les questions de genre et montrent une force de conviction à toute épreuve pour animer une politique qui ne « va pas de soi », compliquée à mettre en œuvre, car s’appuyant sur des partenariats multiples. Certaines d’entre elles ont été titularisées. D’autres arrivent à six ans de contrat sur leur poste et devraient être placées en contrat à durée indéterminée. Mais l’administration à un autre plan…

Alors que leurs postes vont être maintenus, nous venons d’apprendre qu’une vingtaine agent-e-s est maintenant menacée. Très prochainement, certaines d’entre elles, ne verront pas leurs contrats renouvelés ! L’administration en charge de l’égalité professionnelle et de la lutte contre le travail précaire des femmes s’apprête à plonger dans la précarité des agent-e-s de l’Etat qui ont fait la preuve de leur motivation et de leur compétence pour mener cette politique, construit patiemment, pendant plusieurs années, leur réseau sur le terrain pour accompagner leur mission, et fait progresser l’égalité !

L'intersyndicale demande : le renouvellement des contrats de l'ensemble de nos collègues contractuelles menacées, et, dans le cadre de la réforme territoriale en cours, le changement de positionnement hiérarchique des déléguées départementales.

Par l'intersyndicale CFDT CGT SDFE.