Menu

Plan Sanofi

L'intersyndicale poursuit la mobilisation

lundi, 03 décembre 2012 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Les syndicats du groupe Sanofi ont demandé une réunion tripartite direction-syndicats-gouvernement avec "comme préalable la suspension" du plan de restructuration qu'ils jugent "inacceptable", mardi lors d'une rencontre à l'Elysée. Plus tôt dans la journée, environ 350 salariés, selon les syndicats, certains en blouse blanche, s'étaient réunis devant le siège de Sanofi, rue de la Boétie à Paris

Bouygues Immobilier et Sanofi ont lancé jeudi 29 novembre à Gentilly (Val-de-Marne) le futur Campus Sanofi Val de Bièvre, avec la pose de la première pierre de cet ensemble qui regroupera en 2015 les personnels de trois sites de Sanofi en région parisienne. Une cérémonie marquée par la présence de salariés de Sanofi opposés au plan de réorganisation dans le groupe rassemblés devant le site à l'appel de l'intersyndicale, avec sirènes et sifflets.

Ils entendaient "interpeller le directeur général pour lui dire qu'on ne veut pas de son plan et qu'on se battra jusqu'au bout", a indiqué Thierry Bodin, coordinateur CGT de Sanofi. Selon l'intersyndicale, plus de 2.000 postes en France pourraient être touchés par des mesures de départs volontaires, de mobilités et de suppressions de postes, dans la recherche, les fonctions supports et la production de vaccins.

D'après le décompte des syndicats, 1.767 postes au total seraient en effet supprimés et 700 transférés. "Un plan de départs volontaires, c'est surtout la casse de l'emploi, cela veut dire aucune embauche, des salariés transférés et d'autres qui ne sauront pas où ils seront reclassés", a martelé Thierry Bodin.