Menu

PSA : Ils mouillent la chemise et Carlos Tavares double sa mise

Selon le document de référence du groupe automobile publié mardi 29 mars, le président du directoire de PSA a reçu un salaire de 5,24 millions d’euros en 2015 contre 2,75 millions d’euros en 2014.

lundi, 04 avril 2016 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

C’est à l’accroissement de la « part variable » du salaire basée sur l’évolution des résultats que Carlos Tavares doit cette délirante progression dont l’annonce a une nouvelle fois déclenché une polémique sur les salaires des dirigeants.

Au Medef on n’en est plus aux appels à la morale et à l’éthique auxquels Laurence Parisot se livrait à chaque nouveau scandale. Son successeur assume : « quand il y a réussite, ça ne me choque pas qu’on récompense la réussite » s’est réjoui Pierre Gattaz qui ne voit donc rien à redire au doublement du salaire du patron de PSA Carlos Tavares.

Mais de quelle réussite parle donc le patron des patrons ? « Ce sont les salariés qui ont payé le redressement des comptes de PSA », s’est insurgé Jean-Pierre Mercier, délégué central CGT de PSA sur le plateau de BFM. « Nos salaires ont été bloqués depuis mars 2012. Des primes ont été supprimées, diminuées. 17 000 emplois ont été supprimés sur l’ensemble du groupe. Quand on voit que monsieur Tavares s’est mis 14 500 euros par jour, dimanches compris, dans la poche, imaginez ce que la famille Peugeot a perçu. »

Évidemment, pour payer le doublement du salaire du patron et les dividendes des actionnaires du groupe, il faut une politique salariale drastique que la CGT PSA résume sur son site : « les profits ont trois ans d’avance et nos salaires trois ans de retard ! » C’est ainsi que pour 2 016, les augmentations annoncées se montent pour les ouvriers à 0,6 % avec un talon de 8 € net, tandis que les techniciens feront ceinture avec 0 % d’augmentation générale. Ils devront espérer désormais grappiller des augmentations au mérite et renoncer aux augmentations générales.