Menu

Quand les aides publiques servent à rémunérer les actionnaires et détruire de l'emploi (pétition)

Rachetés successivement par la firme américaine Cephalon, puis par la firme israélienne Teva, les anciens laboratoires Lafon ont été demantelés, créant des sociétés sous-traitantes comme Mitrychem. Cette dernière est aujourd'hui en redressement judiciaire.

lundi, 23 février 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Le texte de la pétition :

MITRYCHEM DOIT VIVRE

Alors que les anciens laboratoires LAFON, rachetés successivement en 2001 par la firme américaine CEPHALON, puis par la firme israélienne TEVA en 2011, ont été demantelés, créant des sociétés sous-traitantes comme MITRYCHEM à Mitry-Mory en Seine et Marne, cette dernière est aujourd'hui en redressement judiciaire.

Alors que les aides publiques (2,3M€) ont été données sans contreparties, ces sommes n'ont pas servi l'emploi, ni l'investissement, ni le dévelloppement de l'entreprise mais enrichi les actionnaires.

Alors que le chiffre d'affaire du médicament représente 26,2 milliards d'€ pour 2013 en France, la production de médicament reste pertinente sur le territoire national et répond à un besoin réel.

Nous demandons:

  • L'arrêt de la procédure concernant Mitrychem
  • La mise en place d'un plan de relance de Mitrychem avec le maintien de tous les emplois,
  • Le maintien de la production du SPASFON à Mitry-Mory ainsi que le développement et la production de nouveaux médicaments sur le site.