Menu

Recherche et développement Sanofi

La direction refuse tout engagement sur le « licenciement zéro »

lundi, 22 juillet 2013 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Le bras de fer sur la réorganisation de la branche recherche et développement (R&D) continue entre la direction du groupe pharmaceutique et les syndicats. La direction de Sanofi se refuse à mettre par écrit les engagements pris entre le président de Sanofi France et Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif avant le 11 mars qui disaient « zéro licenciement ». «La direction a refusé d'inscrire un engagement de résultats, elle n'évoque qu'un engagement de moyens», constate Thierry Bodin pour la CGT.

Présenté à l'été 2012, le projet de restructuration des activités du groupe en France prévoyait 914 suppressions de postes, exclusivement basées sur des départs volontaires. Celui concernant spécifiquement la R&D a été rejeté par la justice en mars pour insuffisance d'information du comité central d’entreprise et d'effort de reclassement des salariés.
C’est donc une nouvelle mouture qui a été présentée le 2 juillet et qui fait l’objet de discussions sur les volets économique et social de ce nouveau projet qui prévoit 207 suppressions d'emplois sur 5.000 d'ici la fin 2015, des mutations internes, et préfigure, selon les syndicats, un «désengagement» de la recherche à Toulouse, site le plus touché avec Montpellier. CGT et CFDT exigent une réduction du nombre de suppressions de postes et des engagements sur la pérennité des activités. «La direction nous a dit que d'ici 5 ans le drapeau Sanofi ne flotterait plus à Toulouse», ajoute Thierry Bodin pour qui «ce plan n'a pas de raison d'être, sa finalité n'est pas organisationnelle mais économique».