Menu

Renault : les propositions de la CGT face à l'échec de 10 ans de stratégie financière

Courbe

La CGT fait le bilan de Carlos Goshn et propose une stratégie pour l'avenir

lundi, 18 mai 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

En mai 2005, Carlos Ghosn devient PDG de Renault après être entré dans l’entreprise en 1996. Il a poursuivi et développé la stratégie financière dite d’internationalisation de Renault.

Dans le contexte de mondialisation, cette stratégie a été vendue comme nécessaire au renforcement de l’entreprise. La profitabilité de Renault est devenue l’objectif central mesurée annuellement par un niveau de marge opérationnelle qui doit rejoindre celui des entreprises mondiales les plus rentables.

Ces critères de rentabilité servent à déterminer le niveau de salaires et rémunérations diverses (Stock-options, actions gratuites...) des principaux dirigeants de Renault dont Carlos Ghosn.

Dans ce cadre, Renault a consacré beaucoup d’argent, d’investissements et d’énergie des équipes pour réaliser l’alliance avec Nissan et pour racheter Dacia, Samsung et, plus récemment, Aftovaz (Lada) en Russie.

Avec le concours de fonds publics des différents états (dont la France), la direction de Renault a développé et créé des capacités de production et d’ingénierie dans le monde (Roumanie, Inde, Maroc...), qui sont mises en concurrence les unes avec les autres.

Le Travail (de production et d’ingénierie) est considéré comme « un coût à réduire » (salaires, emplois). A cet effet, des « accords dit de compétitivité » sont mis en œuvre dans différents pays (Espagne, France, Slovénie...).

Dans le cadre de l’internationalisation, Renault devient un groupe multimarques (Renault-Dacia-Samsung), mais pour quels résultats ?

Pour Carlos Ghosn, les résultats financiers de l’entreprise lui permettent d’assurer sa fortune. Depuis 2005, il a perçu 22,18 millions d’ € de salaire, acquis 255 200 actions et touché 2,377 millions d’ € de dividendes. Et la valeur boursière de ses actions atteint la somme de 21,6 millions d’€, sans compter les salaires de Nissan.

Dans une moindre mesure, les autres dirigeants de l’entreprise ont vu leur salaire largement augmenté. Ils bénéficient d’actions gratuites avec, bien entendu, le versement de dividendes.

Les actionnaires, pour lesquels Carlos Ghosn travaille, ont aussi toutes les raisons d’être satisfaits. Depuis 2005, ils ont empoché 4,67 milliards de dividendes et la valeur boursière de leurs actions a explosé.

En 2014, près de 57% des dividendes sont versés à des fonds de pension, dont plus de 43% sont étrangers et notamment américains.

Pour l’entreprise, au sens commun du terme, le bilan est catastrophique.

Les effectifs de Renault SAS, toutes catégories confondues, ont baissé de 37% en 10 ans seulement. La précarité a explosé. Le pouvoir d’achat n’a pas cessé de reculer. Les conditions de travail sont devenues dans bien des cas insupportables.

La baisse des effectifs, l’externalisation ou le turn-over récurrent fragilisent l’entreprise. C’est au détriment de leur santé que de nombreux salariés s’investissent de plus en plus dans le travail pour tenter de répondre à leurs critères de qualité et répondre aux délais. Couplée à la concentration des moyens consentis à l’international, la gamme Renault cumule les retards de renouvellement. Les investissements capacitaires, trop faibles, empêchent de répondre à la demande des clients et laissent le temps aux concurrents pour se positionner sur les mêmes créneaux.

En 10 ans, la gamme Renault a perdu plus de 700 000 ventes en France et en Europe et plus de 150 000 ventes à l’international. La gamme Dacia est passée de 145 000 ventes en 2005 à 1 142 000 en 2014.

Indiscutablement, « l’internationalisation » de Renault s’est faite au détriment des ventes de la gamme Renault, de ses volumes de production et de ses emplois pour les usines françaises, espagnoles ou slovènes.

L’enrichissement de quelques-uns appauvrit tous les autres et fragilise l’entreprise au plus haut point. Carlos Ghosn pourrait quitter Renault riche en 2018 et si rien n’est fait, Renault sera dans la misère.

Il faut donc changer de stratégie visant l’investissement au long court et prenant en compte l’intérêt du plus grand nombre.

La pérennité de Renault, de ses savoir-faire, de ses emplois et de sa capacité d’innovation exige un changement de cap porté par l’ensemble de ses salariés, comme le propose la CGT en fin de ce journal.

 

Sommaire

Dirigeants et actionnaires passent à la caisse...
• Carlos Ghosn construit sa fortune

• Les autres dirigeants ne sont pas en reste

• les fonds de pensions se frottent les mains

... et pendant ce temps là, les salariés trinquent !
 • Plus de 23 546 suppressions d’emplois en 10 ans

• Détérioration des conditions de travail

• Investissement R&D en baisse
• Par ici les aides publiques

• L’efficacité de l’entreprise en perte de vitesse
• Baisse des salaires et du pouvoir d’achat

• Les ventes de Renault s’effondrent

Une autre stratégie pour sortir de l’impasse, pérenniser Renault, ses emplois et l’économie nationale : les propositions de la CGT 
• Un contexte favorable à la relance des ventes

• Relancer l’innovation

• Valoriser le travail des salariés

• Développer l’emploi et améliorer les conditions de travail
• Equilibrer la fabrication à l’échelle de la planète

 

Téléchargez le tract : icon Renault : les propositions de la CGT face à léchec de 10 ans de stratégie financière (1.91 MB)

Lire le tract :