Menu

Renault annonce des résultats florissants et des augmentations minables

Dans un projet d'accord à l'issue de la dernière séance de négociations annuelles obligatoires (NAO), le groupe automobile Renault ne prévoit pas d'augmentation générale des salaires en 2015 au lendemain de l'annonce par le constructeur de résultats financiers en hausse.

lundi, 16 février 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Seules sont prévues des augmentations individuelles à hauteur d'un budget de 1,1% pour les deux collèges des ouvriers et des employés, techniciens et agents de maîtrise.

Pour les ouvriers, les augmentations individuelles varient de 10 à 25 euros bruts par mois, indique Fabien Gâche (CGT), qui raille des sommes "assez minables" correspondant, pour la plus petite, à "un tiers de baguette par jour". Et encore précise Fabien Gâche, les salariés ne toucheront cette somme qu'à partir de "la date anniversaire" correspondant à leur dernière augmentation. Un ouvrier ayant été augmenté pour la dernière fois en décembre 2014 ne sera augmenté que pour le seul mois de décembre 2015, explique-t-il.


"C'est vraiment une peau de chagrin", déplore le délégué central CGT, pour qui l'enveloppe proposée est "pire" qu'en 2014, lorsque les salariés avaient bénéficié d'une augmentation générale de 0,5%.

Anticipant les annonces de la direction, la CGT avait appelé vendredi l'ensemble des salariés du groupe à débrayer.

Jeudi, le constructeur a annoncé des résultats financiers en progression, avec une forte hausse de son bénéfice net (1,89 Md d'euros) et l'amélioration de sa marge opérationnelle, qui passe de 3 à 3,9%.

Dans un coup de communication, le groupe a annoncé jeudi 12 qu'il allait recruter 1.000 personnes en CDI en France cette année. Mais le syndicat CGT a relevé que ces embauches ne compenseraient pas les suppressions d'emplois opérées depuis 2013 via un accord de compétitivité, que le syndicat n'a pas signé, « pas plus que la perte du pouvoir d'achat de toutes les catégories professionnelles, exceptés les cadres dirigeants", écrit la CGT Renault.