Menu

Retraites complémentaires : le Medef persiste dans sa posture régressive

La seconde séance de négociation de vendredi 20 mars, n’a pas permis d’avancer dans les discussions, le patronat restant sur sa volonté de baisser des droits pour les salariés et retraités, et refusant toute augmentation de cotisations, au motif de son adhésion au « Pacte de responsabilité ».

lundi, 23 mars 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Il campe sur les mêmes exigences de poursuivre le gel des pensions, d'introduire des abattements sur la retraite avant 67 ans, de baisser le nombre de points acquis pour les actifs, de remettre en cause les points acquis au titre du chômage ainsi que les règles actuelles de la réversion.

Enfin, il persiste dans son projet de fusion de l’ARRCO et de l’AGIRC. « Tout le monde s’accorde pourtant à reconnaître que cette fusion ne réglerait rien en matière de financement, » souligne la CGT dans un communiqué publié le 20 mars « On est par contre certain qu’elle serait une nouvelle étape pour baisser les retraites des cadres, remettre en cause leur statut, puis baisser les retraites des autres salariés au motif de « l’équité ». »


Pour la CGT, face à cette offensive du patronat, la mobilisation s'impose. « Les salariés et retraités doivent se faire entendre, en particulier lors de la journée d’action du 9 avril prochain (veille de la prochaine séance de négociations), pour exiger que les ressources nécessaires soient mises à disposition des régimes. Sinon, le Medef ne manquera pas de faire appliquer des décisions qui pourraient être dramatiques pour le monde du travail. »