Menu

Sages-femmes : un rendez-vous salarial manqué

A l’issue de la « mission Couty », le chantier des rémunérations des sages-femmes devait s’ouvrir et permettre de voir reconnus le haut niveau de responsabilité, la technicité, le haut niveau d’étude et le caractère médical de la profession à l’hôpital.

lundi, 12 mai 2014 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Or, l’intersyndicale CGT-FO-CFDT-UNSA -SUD constate, dans un communiqué que « le rendez-vous salarial est manqué ! » A l’occasion d’un premier rendez-vous, les syndicats ont revendiqué la linéarité de la carrière des sages-femmes et ont refusé l’instauration de ratios limitant fortement les possibilités d’évolution de carrière des sages-femmes cliniciennes. Jusqu’alors, il n’existait pas ce type de disposition pour passer d’un grade à l’autre. L’intersyndicale exige que la carrière des sages-femmes soit fusionnée dans un premier grade unique linéaire et sans barrage regroupant les sages-femmes cliniciennes et celles exerçant des responsabilités.


Les syndicats considèrent également que les indices de début de carrière ne sont pas suffisants. S’ils étaient maintenus, Ils confronteraient les jeunes diplômés à une certaine précarité. Ils demandent donc un rehaussement significatif de l’ensemble de la grille.


Enfin, ils proposent que le statut d’emploi des sages-femmes soit remplacé par un deuxième grade qui serait un grade de coordination de pôles, de responsabilité fonctionnelle et médicale des unités de physiologie et d’enseignement.


Forte de ces constats, l’intersyndicale se présentera le 12 mai prochain à cette nouvelle négociation munie des revendications des sages-femmes qui exigent de surcroît que, dans le cadre de la fonction publique, de véritables propositions de reclassement soient faites, et non un saupoudrage qui n’aurait comme effet que de relancer colère et amertume chez ces professionnelles.


Dans l’attente des conclusions du 12 mai, l’intersyndicale appelle toutes les sages-femmes à faire entendre leur voix, à manifester colère et impatience et, dans un premier temps, à participer aux manifestations du 15 mai prochain.