Menu

Salaires des enseignants

Peillon promet, mais pour plus tard...

mercredi, 05 septembre 2012 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

En affirmant le 30 août à quelques jours de la rentrée que mieux payer les enseignants "serait digne" si "nous en avions les moyens", Vincent Peillon, le ministre de l'Education a pris le risque de fâcher les syndicats qui sont très remontés depuis des mois sur la question des salaires comme sur celle des emplois.

Les chiffres indiquent que le salaire des enseignants français débutants et en milieu de carrière, inférieur à la moyenne des pays de l'OCDE, a reculé depuis une quinzaine d'années. Cette faiblesse des salaires pour un métier de plus en plus difficile à exercer est un des principaux obstacles à l'engouement des jeunes diplômés pour embrasser la carrière.  Un instituteur démarre à 1.700 euros nets par mois, selon les chiffres du ministère. En milieu de carrière, il perçoit 2.100 euros.

Dans le secondaire (collège et lycée), un professeur certifié entre dans le métier avec 1.790 euros et un agrégé 1.960 euros. En milieu de carrière, ils gagnent respectivement 2.500 et 3.200 euros, en faisant 3 heures supplémentaires par semaine. Les suppressions de postes ont augmenté le recours aux heures supplémentaires mais la suppression de leur défiscalisation décidée cet été les rend moins intéressantes.

Depuis la réforme de la formation, dite de "masterisation" en 2010, un master (bac+5) est exigé, contre une licence (bac+3) auparavant. La réforme a supprimé l'année rémunérée de stage dont bénéficiaient jusque-là les futurs enseignants. M. Peillon a promis de la rétablir.