Menu

Vers des sanctions en cas de non-respect du repos de sécurité des internes

Geste d'apaisement ou réelle avancée, il faudra juger aux actes, mais la ministre de la Santé a anticipé la mobilisation des internes ce lundi 17 novembre en annonçant vendredi dernier "la mise en place d'un dispositif de sanction" à l'égard des établissements ne respectant pas le repos de sécurité des internes.

lundi, 17 novembre 2014 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Selon l'Inter Syndicat National des Internes (ISNI) 20% des établissements ne respecteraient pas l'obligation qui leur est faite depuis 2002. Le repos de sécurité est une pause de 11 heures qu'un interne en médecine doit prendre à l'issue de chaque garde de nuit, pour éviter qu'il ne travaille 24 heures d'affilée.

En France, les internes passent en moyenne 60 heures par semaine dans les hôpitaux, avec des obligations de service de 11 demi-journées. Pour rentrer dans les clous européens, le gouvernement propose de passer à dix. Mais l'ISNI demande que la demi-journée de travail supprimée soit le samedi matin, qui passerait ainsi comme un temps de garde, mieux rémunéré.